mardi 4 octobre 2016

Septembre 2016 : Où suis-je passée pendant un mois ?!



Mais où est passée Tess ? Ca fait un mois qu'elle n'a pas donné de nouvelles sur son blog !


Cachée dans une grotte dans l'attente de l'hiver ? Non.

Exilée en terre dépourvue d'accès wifi pour dévorer des romans à loisir ? Non plus. (Quoique j'aimerais bien !)

Submergée de travail ? Oui.
Tess engloutit des listes de vocabulaire (200 par semaine), revoit la grammaire sous toutes ses formes et récite les lauréats des prix Nobel par cœur (c'est pour la culture G haha)... Donc son temps dédié à la lecture est considérablement restreint depuis la rentrée.




Pourtant, septembre c'est aussi :

  • 2 livres lus
  • 1 livre chroniqué
  • Mais pas de podium des meilleures lectures du mois car je n'ai pas lu assez...


En route pour l'avenir de Sarah Dessen
Ma deuxième lecture d'un Sarah Dessen (j'avais découvert Cette chanson-là en début d'année) et je suis encore une fois déçue par cette auteure. Ce roman est une romance agréable à lire mais sans aucune originalité selon moi. Et comme j'ai déjà lu des romances bien meilleures, je ne peux m'empêcher d'être déçue par celle-ci, beaucoup trop classique selon moi. Les clichés et l'histoire très prévisible m'ont embêtée, je pense donc arrêter de lire des livres de cette auteure ! Néanmoins, si vous aimez les romances basiques ou que vous n'avez pas l'habitude d'en lire, vous serez peut-être séduit par ce livre.

Sois bègue et tais-toi de William Chiflet
Un témoignage juste sur le bégaiement, le parcours d'une vie par William Chiflet. J'ai beaucoup aimé ce livre qui est, en plus, une mine d'information sur ce handicap. Je l'ai découvert dans le cadre de mes études mais je l'ai lu pour le loisir et même ainsi, il m'a vraiment intéressée.



Blabla :

Vous l'avez compris, je suis donc très occupée par mes études car je prépare un concours extrêmement sélectif (le concours d'entrée en école d'orthophonie) et ce sera le cas au moins jusqu'au mois d'avril. Je lis donc beaucoup moins et je n'ai quasiment plus le temps de passer sur vos blogs, écrire des articles pour le mien ou me tenir au courant de l'actu littéraire... Je vais quand même essayer de vous donner quelques nouvelles de temps en temps mais je ne peux rien vous promettre.

J'ai également lu Amelia de Kimberley McCreight (mais je l'ai fini ce week-end donc il sera dans le bilan d'octobre) et j'ai adoré !!! C'était de la bombe !!! Bref, je vous en reparlerai ;)

J'espère que votre rentrée s'est bien passée et que ce que vous faites vous plaît !
Bonnes lectures à tous !



vendredi 9 septembre 2016

Les mains du miracle - Joseph Kessel



Titre : Les mains du miracle
Auteur : Joseph Kessel
Editions : Gallimard
Collection : Folio
Année de parution : 1960

Quatrième de couverture :

A la veille de la Seconde Guerre mondiale, Felix Kersten est spécialisé dans les massages thérapeutiques. Parmi sa clientèle huppé figurent les grands d'Europe. Pris entre les principes qui constituent les fondements de sa profession et ses convictions, le docteur Kersten consent à examiner Himmler, le puissant chef de la Gestapo. Affligé d'intolérables douleurs d'estomac, celui-ci en fait bientôt son médecin personnel. C'est le début d'une étonnante lutte, Felix Kersten utilisant la confiance du fanatique bourreau pour arracher des milliers de victimes à l'enfer.

Joseph Kessel nous raconte l'incroyable histoire du docteur Kersten et lève le voile sur un épisode méconnu du XXème siècle.


Mon avis :
Les Mains du miracle est un roman qui raconte une histoire extraordinaire et pourtant, tout s'est bel et bien déroulé ainsi dans la réalité. C'est Capucine du blog Mademoiselle Bouquine qui m'a d'abord donné très envie de le découvrir, je vous invite à lire sa chronique particulièrement convaincante ici !

Cet ouvrage est en quelque sorte, une biographie du docteur Felix Kersten. Ce masseur thérapeutique du XXème siècle était réputé pour ses soins qui délivraient tous les maux ou presque de la douleur, y compris ceux que la médecine moderne ne pouvait soulager. Une fois sa réputation faite, il apparaissait souvent comme une bénédiction car il était le seul à soulager ainsi ses patients. Jusqu'à ce que sa renommée tombe aux oreilles d'Himmler...

Alors que le docteur n'avait jamais voulu se mêler de la politique, il se retrouva confronté à l'expansion du nazisme et à l'éclatement de la Seconde Guerre mondiale au moment même où le chef de la Gestapo insistait pour qu'il vienne le soigner... Bien qu'il soit dans une position périlleuse, il décida d'en profiter et devient donc de plus en plus proche de son nouveau patient pour pouvoir parvenir à ses fins, c'est à dire, lutter à sa manière contre le nazisme.

Les mains du miracle présente un épisode de la Seconde Guerre mondiale méconnu du grand public qui mérite assurément plus d'attention. C'est donc d'abord pour prendre connaissance de cet épisode qu'il faut lire ce livre d'autant plus que la plume de Kessel le rend captivant du début à la fin

J'ai été impressionnée par l'habileté de ce docteur finlandais qui réussit à obtenir ce qu'il veut. Il a une patience exemplaire et sait parfaitement comment employer son don pour obtenir ce qu'il désire. Il possède également une force de caractère admirable pour dissimuler ce qu'il pense vraiment à tous les nazis (et toutes les personnes) qu'il fréquente. C'est un personnage que l'on apprend à connaître progressivement mais que l'on admire rapidement.

C'est un livre qui ne laissera, je l'espère, personne indifférent car il dévoile une partie de notre histoire. Il a en nous un écho différent car on sait que ce qui est relaté s'est vraiment déroulé ainsi. Pour ma part, c'est le genre de livre qui, même quand si je l'ai refermé depuis quelques jours, continuent à me trotter dans la tête et à me faire réfléchir tant ce qu'il s'y déroule a de conséquences importantes sur le reste du monde.

Un livre historique que je conseille à tous pour découvrir l'histoire vraie de Felix Kersten, un médecin courageux qui mérite plus de reconnaissance et pourquoi pas pour découvrir ou redécouvrir Kessel à travers une biographie passionnante.

dimanche 4 septembre 2016

Août 2016 : Le souffle de l'été


Voilà le mois d'août terminé et l'heure du bilan arrivée !

Peu de lectures pour un mois d'août mais étant donné que j'ai travaillé tout le mois, je m'y attendais ! ^^


Cliquez sur les titres pour accéder aux chroniques :

Je vous ai fait un petit podium de
mes meilleures lectures du mois :


1- Les mains du miracle de Joseph Kessel (chronique à venir)
3- Le plus bel endroit du monde est ici de Francesc Miralles et Care Santos (chronique à venir)


Lecture mitigée :


Dans le désordre de Marion Brunet (non chroniqué)
Un roman intéressant qui ne laissera personne sceptique mais j'ai eu du mal à apprécier le style de l'auteure...


Des abandons :


Anne... La maison aux pignons verts de Lucy Maud Montgomery
Le secret de l'inventeur T.1 Rébellion de Andrea Cremer


Blabla :

Voici un bilan très contrasté : j'ai adoré certaines lectures notamment celles présentes sur mon podium mais j'ai abandonné deux romans. En effet, je n'ai pas du tout accroché à Anne... la maison aux pignons verts : les personnages (et surtout l'exubérance d'Anne, l'héroïne) m'ont agacée et j'ai trouvé l'intrigue très plate. Pour Le secret de l'inventeur, je pense que ce n'était tout simplement pas le bon moment pour moi. J'ai du retard dans mes chroniques mais je compte rédiger celles des Mains du miracle et Le plus bel endroit du monde est ici prochainement. Restez connectés !

Concernant ma pile à lire que j'avais établie au début des vacances, j'ai lu 10 livres sur 16 et je me suis rajoutée quelques lectures non prévues : un score honorable !

Avec septembre vient la rentrée et une nouvelle année scolaire qui commence. Pour moi, ce sera une année de prépa aux concours d'entrée en école d'orthophonie. J'espère tout de même pouvoir conserver mon rythme sur le blog mais je ne m'avance pas car ce sont des études qui demandent énormément d'investissement...

Et toi ? Que fais-tu cette année ?

Je vous souhaite un bon mois de septembre, de belles lectures, une bonne rentrée ou retour au travail !



dimanche 28 août 2016

Phobos (préquel) Origines - Victor Dixen



Titre : Phobos Origines
Auteur : Victor Dixen
Editions : Robert Laffont
Collection : R
Année de parution : 2016

Quatrième de couverture :

Six pionniers en apparence irréprochables.
Six jeunes Terriens rongés par leurs secrets.
Six dossiers interdits, qui auraient dû le rester.

ILS INCARNENT L'AVENIR DE L'HUMANITE.

Six garçons doivent être sélectionnés pour le programme Genesis, l'émission de speed-dating la plus folle de l'Histoire, destinée à fonder la première colonie humaine sur Mars.
Les élus seront choisis parmi des millions de candidats pour leurs compétences, leur courage et, bien sûr, leur potentiel de séduction.

ILS DISSIMULENT UN LOURD PASSE.
Le courage suffit-il pour partir en aller simple vers un monde inconnu ?
La peur, la culpabilité ou la folie ne sont-elles pas plus puissantes encore ?
Le programme Genesis a-t-il dit toute la vérité aux spectateurs sur les " héros de l'espace " ? 

ILS DOIVENT FAIRE LE CHOIX DE LEUR VIE,
AVANT QU'IL NE SOIT TROP TARD.

Mon avis :


A ma découverte de la série Phobos il y a environ un an, j'ai tout de suite était conquise par le style, le dynamisme et le rythme orchestrés par Victor Dixen. J'attends d'ailleurs la suite avec impatience. J'étais d'abord très surprise (et il faut l'avouer, un peu dubitative) quand j'ai appris la sortie de ce spin-off mais trop curieuse pour ne pas résister à la tentation de le lire...

Mon inquiétude principale concernait l'utilité de ce préquel (c'est-à-dire ce livre qui se déroule avant l'histoire  racontée dans la série Phobos du même auteur). Pourquoi sortir un roman dont l'histoire se déroule avant les événements du premier tome de la série alors que cette dernière n'est même pas encore achevée ? Est-ce que Phobos Origines va vraiment être important pour l'histoire, apporter des réponses indispensables à nos questions ? Ne serait-ce pas qu'un livre contingent écrit uniquement pour rapporter plus d'argent ? Soyons clair : la réponse est non. Ce livre se révèle essentiel pour tous les amateurs de la série car il dévoile beaucoup, BEAUCOUP de choses !

Phobos Origines se présente sous la forme de six nouvelles. Chacune raconte le passé et la sélection d'un des prétendants masculins qui participent au programme Genesis dans le premier et deuxième tome. Nous découvrons donc d'abord Mozart l'enfant des favelas, l'acrobate chinois Tao, le Nigerian Samson, Kenji le mystérieux Japonais, le beau Russe Alexeï et enfin Marcus l'Américain. Ces personnages sont donc narrateurs le temps de leur nouvelle (une cinquantaine de pages environ) et nous permettent de mieux les connaître, les comprendre, d'entrevoir leur motivation, leurs failles et surtout leurs secrets qui les rendent si mystérieux dans la saga.

Chaque portrait est complet, détaillé. On partage le quotidien de ces garçons pour quelques mois du 1er round de sélection au lancement du Cupido pour un aller sans retour vers Mars. J'ai particulièrement apprécié découvrir leur pays respectif et voyager autant en une seule lecture.

Certaines scènes de la fin de la sélection sont communes à toutes les nouvelles car elles sont vécues par les six candidats sélectionnés. Loin d'être ennuyeuses, j'ai aimé les découvrir à chaque fois sous un point de vue différent et comprendre au fil des pages ce qui se tramait.

Comme avec les deux premiers tomes de la série, Victor Dixen entretient un suspense impressionnant qui nous fait tourner les pages frénétiquement. Malgré son format original (des nouvelles), ce livre se lit aussi aisément qu'un roman d'aventure. D'autant plus que chaque prétendant apporte son lot de surprise lors de la nouvelle qui lui est consacrée et certaines d'en elles m'ont laissé littéralement bouche bée (celle de Samson notamment) à cause de leurs révélations toutes plus impressionnantes les unes que les autres.

Etrangement, j'ai particulièrement aimé découvrir les nouvelles qui présentaient les prétendants que j'avais le moins envie de connaître au début (Samson, Tao et Mozart) alors que celle de Kenji, qui m'intriguait beaucoup m'a un peu déçue et celles d'Alexeï et Marcus, qui sont pourtant très importants dans le deuxième tome par exemple, m'ont légèrement moins intéressée.

Victor Dixen a réussi son pari avec brio : écrire un préquel aussi intéressant et surprenant que les livres de la série. Une fois embarquée dans le passé des candidats, il est difficile de s'en détacher. Néanmoins, je conseille ce spin-off à ceux qui ont déjà lu au moins le premier tome de la série Phobos pour vraiment l'apprécier et comprendre toutes ses petites subtilités.

J'ai adoré !

Mon avis sur cette série :




vendredi 26 août 2016

Quatre filles et un jean T.5 Pour toujours - Ann Brashares



Titre : Quatre filles et un jean T.5 Pour toujours
Auteure : Ann Brashares
Editions : Gallimard Jeunesse (existe en format poche)
Année de parution : 2012
Titre VO : The Sisterhood of the Traveling Pants: Sisterhood Everlasting

Quatrième de couverture :
Tibby, Lena, Carmen et Bridget ont grandi. La vie les a éloignées. Et, au-delà de la carrière professionnelle et de leur vie amoureuse, chacune sait que quelque chose leur manque... La proximité qu'elles ont toujours connue jusqu'ici.
Un beau jour, enfin, Tibby qui vit en Australie leur envoie des billets d'avion pour organiser des retrouvailles en Grèce !
Aucune des quatre amies ne se doute à quel point leur vie en sera bouleversée, à jamais...

Ann Brashares fait revivre ses quatre héroïnes mythiques, confrontées aux grandes questions de la vie : l'amitié, la tragédie, la maternité, l'amour...
Une lecture chaleureuse et émouvante à savourer à tout âge comme les confidences d'une meilleure amie.


Mon avis :

J'ai découvert ce livre en 2012, après avoir englouti les quatre tomes à la suite de la série mythique Quatre filles et un jean. Aussitôt, il est devenu l'un de mes livres préférés. Depuis ma découverte de cette saga, j'ai l'habitude de lire un ou deux de ses volumes en été car ces livres sont parfaitement adaptés à la saison estivale. Cette année, j'ai lu le 4ème puis le 5ème tome, c'est-à-dire celui-ci.

Cette seconde lecture confirme mon coup de cœur pour ce dernier tome. C'est bel et bien le meilleur de la série. Les autres étaient déjà formidables mais celui-ci atteint un niveau insoupçonnable ! L'histoire prend place 10 ans plus tard après le quatrième tome. Les personnages sont donc adultes. C'est un livre plus mature et plus profond que les précédents.

En effet, nos quatre filles ont changé maintenant qu'elles mènent chacune leur vie de leur côté : Tibby en Australie, Bee en Californie, Lena à Providence et Carmen à New-York. Leur carrière est lancée, certaines sont installées avec un compagnon et même si elles continuent de s'appeler, elles ne sont plus aussi proches qu'avant (et ça fait mal à notre petit cœur mais c'est la vie).

C'est grâce à une initiative de Tibby qu'elles vont se retrouver à Santorin le temps d'une semaine, dans ce lieu chargé de signification, pour renouer les liens. Ann Brashares prend alors tout le monde par surprise (que ce soit les lecteurs ou les personnages), un événement imprévisible survient et s'abat sur nous. Personne ne s'y attendait...

Ce roman est un tourbillon d'émotions inattendu ! Entre joie et peines, notre cœur balance. Les sentiments sont décuplés par rapport aux livres précédents. On s'impatiente, on a envie de secouer certains personnages, mais on les comprend toujours. En revanche, Bee et Lena sont encore une fois mes deux filles préférées !

Les sujets sont forts, réalistes et tout le monde peut s'y retrouver dans les questionnements des personnages. On découvre plusieurs révélations et on s'étonne de découvrir ces personnages aussi... adultes (c'est qu'elles approchent de la trentaine quand même !). Mais ce roman est avant tout un livre magnifique sur la vie, tout simplement.

J'ai donc adoré retrouver ces personnages qui m'avait tant plu et découvrir leur nouvelle vie d'adulte dans ce livre qui fait du bien. Quatre filles et un jean pour toujours est une petite pépite, il ne faut donc surtout pas s'arrêter au quatrième de la série. Avec ce roman surprenant et dévastateur, l'auteur souligne une amitié particulière qui ne pourra que vous toucher si vous avez aimé les tomes précédents.


Un coup de cœur !



samedi 13 août 2016

Dans le silence de ton coeur - Alice Ranucci



Titre : Dans le silence de ton cœur
Auteure : Alice Ranucci
Editions : Hachette
Année de parution : 2016
Titre VO : In silenzio nel tuo cuore

Quatrième de couverture :

A seize ans, Claudia est belle, populaire, et obtient tout ce qu'elle désire. Aller en cours ? Obéir à ses parents ? A d'autres !

Elle préfère retrouver ses amis dans les rues de Rome et attirer l'attention de Rodrigo, le plus séduisant garçon du lycée.

Sa mère lui reproche son comportement immature et l'oblige même à travailler bénévolement dans un centre pour jeunes immigrés. Claudia s'en moque.
Elle la défie toujours plus, se préparant, chaque fois, à subir de nouvelles remontrances.

Mais un soir, tout s'arrête.
Il n'y a pas de dispute.
Il n'y en aura plus jamais.
Claudia se retrouve seule, face à sa conscience.


Mon avis :

Un résumé intriguant, une couverture estivale,  ce livre me semblait parfait pour l'été. C'est pour cette raison que j'ai décidé de l'amener avec moi en Corse pour le lire au soleil.

Autant l'annoncer tout de suite : je suis tombée de haut. J'ai été très déçue. Ce roman présente le quotidien de Claudia, une adolescente italienne qui n'en fait qu'à sa tête jusqu'à ce que survienne un événement dramatique dans sa vie, qui lui fera voir le monde autrement et provoquera de nombreuses remises en question.

Au début du livre, Claudia est donc un personnage détestable : c'est l'archétype de l'ado rebelle, elle tient tête à ses parents, n'a aucune considération pour ses amis et n'aspire qu'à la popularité. Elle veut profiter de l'instant présent qu'importe les conséquences, faire la fête, braver l'interdit, être libre. Elle évolue positivement par la suite mais je n'ai pas réussi à me faire une autre image d'elle une fois ce personnage détestable installé dans ma tête. Le caractère de la narratrice m'a donc déplu tout au long du livre malgré son amélioration ce qui a considérablement diminué mon intérêt pour cette lecture.

De plus, les autres personnages n'ont pas attiré mon attention. S'ils avaient été plus intéressants, s'ils n'étaient pas si superficiels, ils auraient pu compenser mon aversion pour Claudia mais ce ne fut pas le cas. Le père de Claudia, par exemple, aurait pu être un personnage très intéressant mais son potentiel n'est pas du tout exploité, il demeure un personnage creux.

Je n'ai pas apprécié l'intrigue non plus. L'histoire est plutôt prévisible, sans surprises hormis la catastrophe du début. Je n'étais pas intéressée et je n'avais pas envie de connaître absolument le dénouement. D'ailleurs la conclusion est bien trouvée mais étant donné que je l'avais devinée, j'ai encore une fois été déçue. J'ai tout de même lu ce livre en entier, c'est parce qu'il est court et se lit relativement facilement.

Je pense que vous l'avez compris, je n'ai pas apprécié ce roman notamment à cause de la protagoniste principale que j'ai trouvé détestable... L'intrigue et les sujets abordés (relation parents-enfants, bénévolat...) avaient du potentiel mais n'étaient pas suffisamment bien exploités pour me faire aimer cette lecture.


Une déception


dimanche 7 août 2016

Everything Everything - Nicola Yoon



Titre : Everything Everything
Auteure : Nicola Yoon
Editions : Bayard
Année de parution : 2016
Titre VO : Everything Everything
Résumé :
Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez sans doute sous le nom de « maladie de l’enfant-bulle ». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d’avoir dix-huit ans, et je n’ai jamais mis un pied dehors.

Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l’observe, et nos yeux se croisent pour la première fois.

Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.

Mon avis :

J'ai été intriguée par ce livre dès sa sortie et mon intérêt pour ce roman s'est accru lorsque j'ai pu le tenir entre mes mains et que j'ai découvert ce magnifique objet livre. Je me suis donc vite décidée à le commencer tant j'étais curieuse de découvrir si son contenu était à la hauteur de ce qu'il laissait percevoir par son extérieur.

En ouvrant ce livre, on découvre le quotidien particulier de Madeline. Elle est atteinte de la maladie de l'enfant-bulle et doit rester cloîtrée chez elle car elle est allergique au  monde extérieur. Les seules personnes qu'elle peut côtoyer sont donc sa mère et son infirmière (le reste de sa famille est mort dans un accident de voiture). Elle souffre beaucoup de sa situation même si elle ne s'en rend pas compte tout de suite. C'est sa rencontre (d'abord virtuelle) avec Oliver, son nouveau voisin qui lui fera ouvrir les yeux sur le monde.

J'ai eu une bonne impression dès les premières pages quand Madeline évoque son amour pour la littérature avec un brin d'humour. Je me suis vite attachée à ce personnage sensible et intelligent. Elle parle de sa maladie avec dérision malgré les hauts et les bas. Il y a très peu d'autres personnages (car il faut effectuer tout une batterie d'examens pour pouvoir rentrer dans la même pièce que Madeline qui ne sort jamais de chez elle) mais je les ai tous appréciés.

La suite de l'histoire est plutôt prévisible mais l'écriture très fluide de l'auteure et les chapitres courts font que l'on a toujours envie de continuer notre lecture. A cela s'ajoute les illustrations et les détails du livre qui rendent notre lecture très agréable. En effet, il y a de nombreux petits dessins dans le style de ceux sur la couverture qui agrémentent le roman et rajoutent de la poésie. On trouve également des échanges d'emails, des pages internet, des explications dans le carnet de Madeline... J'ai adoré découvrir peu à peu tous ces éléments qui rendent l'intrigue plus intéressante et apporte de l'originalité.

Hormis le premier amour et la maladie, ce livre aborde des thèmes intéressants : les relations humaines et notamment la relation mère-fille, la confiance en l'autre qui s'effrite en grandissant, l'adolescence, le voyage, la transgression des règles...

Néanmoins, j'ai été déçue par la fin qui est encore plus prévisible que le reste de l'histoire car j'avais tout deviné avant la grande révélation finale. J'aurais préféré me tromper car je me doute que la conclusion était censée prendre le lecteur par surprise mais ce ne fut malheureusement pas le cas avec moi...

J'ai passé un très bon moment avec ce livre frais mais profond et ses personnages attachants qui nous font découvrir le monde d'une autre manière. De plus, j'ai particulièrement apprécié la qualité du livre en lui-même (les pages épaisses, le format pratique et les nombreuses illustrations). Je regrette seulement la prévisibilité et donc le manque de surprise dans l'évolution de l'histoire. Je recommande donc ce livre en priorité aux adolescents (non pas que les adolescents soient plus crédules que les adultes mais que ce livre les concerne plus et saura mieux les atteindre selon moi).

mercredi 3 août 2016

Juillet 2016 : Mes lectures de vacances !


Voilà le mois de juillet terminé (aka best month of the year) et l'heure du bilan arrivée !

Ce mois de vacances m'a permis de reprendre un rythme de lecture agréable et je suis satisfaite du résultat. En comparaison à mes grandes vacances précédentes, c'est peu, mais juillet 2016 était plus chargé que les autres. Après une semaine de stage et les résultats du bac (je l'ai d'ailleurs obtenu avec la mention très bien !), je suis partie deux semaines en Corse où j'ai pu dévorer des romans au soleil.
Je vous laisse regarder...

Cliquez sur les titres pour accéder aux chroniques :)


Je vous ai fait un petit podium de
mes meilleures lectures du mois (hors relectures) :

1- Ma raison de respirer T.3 de Rebecca Donovan
2- Forget tomorrow de Pintip Dunn
3-Everything everything de Nicola Yoon (chronique à venir)


Des déceptions :


Bras de fer de Jérôme Bourgine
Dans le silence de ton cœur de Alice Ranucci (chronique à venir)


D'excellentes relectures :


Quatre filles et un jean T.4 Le dernier été de Ann Brashares
Quatre filles et un jean T.5 Pour toujours de Ann Brashares (chronique à venir)


Blabla :
Mes lectures ont été très diverses ce mois-ci, j'ai adoré redécouvrir la série mythique Quatre filles et un jean et j'ai eu un pincement au cœur en terminant la série Ma raison de respirer. En revanche, j'ai été déçue par quelques lectures mais je suis tout de même contente de les avoir découvertes.

Je travaille en centre aéré ce mois-ci mais je compte vider un peu ma Pile à lire des "vacances". Forcément, je lirai moins que les autres années mais j'ai 10 jours de vacances entre la fin de mon travail et ma rentrée pour les études donc je compte en profiter un peu pour bouquiner avant de démarrer l'année.

Sur ce, je vous souhaite un bon mois d'août, surtout si vous êtes à votre tour en vacances et/ou que vous partez pour une destination plus ensoleillée (enfin tout dépend d'où vous habitez mais, chez moi, il pleut sans discontinuer depuis 2 jours...).




samedi 30 juillet 2016

Forget tomorrow - Pintip Dunn



Titre : Forget tomorrow
Auteure : Pintip Dunn
Editions : Lumen
Année de parution : 2016
Titre VO : Forget tomorrow

Quatrième de couverture (qui en dit trop...) :

Comment changer son destin s'il est déjà écrit ?

Imaginez un monde où votre avenir a déjà été fixé… par votre futur moi !

Callie vient d’avoir dix-sept ans et, comme tous ses camarades de classe, attend avec impatience le précieux « souvenir », envoyé par son moi futur, qui l’aidera à se glisser dans la peau de la femme qu’elle est destinée à devenir. Athlète de haut niveau… Scientifique de renom… Politique de premier plan… Ou, dans le cas de Callie, tueuse.

Car dans son rêve, elle se voit assassiner Jessa, sa jeune sœur adorée… qu’elle passe pourtant ses journées à protéger des autorités, car l’enfant a le pouvoir caché de prédire l’avenir proche ! Avant même de comprendre ce qui lui arrive, Callie est arrêtée et internée dans les Limbes – une prison réservée à tous ceux qui sont destinés à enfreindre la loi. Avec l’aide inattendue de Logan, un vieil ami qui a cessé, cinq ans auparavant, de lui parler du jour au lendemain, elle va tenter de déclencher une série d’événements capables d’altérer son destin.

Lorsque l’avenir semble tout tracé, le combat est-il perdu d’avance ? Dans la veine de Minority Report, Forget Tomorrow est le premier tome d’une dystopie haletante, dont l’héroïne va devoir trouver un moyen infaillible de protéger sa sœur de la plus grande des menaces : elle-même…


Mon avis :

Forget tomorrow est une dystopie qui m'intrigue depuis sa sortie d'autant plus qu'elle a reçu de bons retours. Je l'ai donc emprunté pour l'été afin de découvrir une nouvelle série d'anticipation.

Le monde futuriste dans lequel vit Callie est particulier. A l'âge de 17 ans, chaque individu reçoit un "souvenir" qui lui donne une image de son avenir (cela peut être l'image d'une mère entourée d'enfants, un haut dirigeant politique etc). Dans le cas de Callie, la narratrice, son souvenir est bien plus inquiétant : elle se voit assassiner sa sœur adorée. Après un moment d'incompréhension, Callie est horrifiée par sa vision et doit vite fuir car les personnes recevant un souvenir dangereux sont systématiquement emprisonnées.

Les codes de la dystopie sont vite posés et l'action démarre très rapidement. Dès le début, si vous aussi vous avez l'habitude de lire des romans de ce genre, vous retrouverez dans l'intrigue le schéma de toute bonne dystopie (un personnage différent qui fuit sa société futuriste et essaye de contrecarrer les plans diaboliques du gouvernement, le tout accompagné d'un brin de romance). Les dystopies peinent à se renouveler et ce manque d'originalité devient vite redondant. Mon esprit n'a pu s'empêcher de faire le parallèle avec les sagas Uglies ou Hunger games par exemple.

Néanmoins, j'aime ce genre d'histoire rythmée et bien ficelée. J'ai donc été entraînée dans ma lecture et lu ce petit pavé très rapidement. De plus, la fin se différencie des dystopies habituelles et j'ai été agréablement surprise par la tournure choisie par l'auteure (même si je ne comprends pas pourquoi une suite est prévue... ce premier tome se suffit largement à lui-même selon moi).

Cependant, l'histoire d'amour de l'héroïne prend une très trop grande place dans l'intrigue. La romance devient souvent l'aspect le plus important de l'histoire alors qu'elle n'est pas si exceptionnelle. J'aurais préféré qu'elle soit moins mise en avant car les autres sujets sont passionnants : la lutte contre son destin, son identité, la justice...

Forget tomorrow est donc un roman très agréable pour découvrir et apprécier la dystopie même s'il ne révolutionne pas le genre. Je regrette l'omniprésence de la romance et la quatrième de couverture qui en dévoile beaucoup trop selon moi mais je recommande ce livre pour son intrigue haletante, son suspense et sa fin particulièrement originale.


lundi 25 juillet 2016

Ma raison de respirer T.3 - Rebecca Donovan



Titre : Ma raison de respirer
Auteure : Rebecca Donovan
Editions : PKJ
Année de parution : 2016
Titre VO : Out of breath
Quatrième de couverture :

"- J'ai absolument besoin de sauter.
- Pourquoi ?
- Parce que je n'arrive plus à respirer."

Deux ans après avoir brisé le coeur d'Evan, Emma ne parvient pas à l'effacer de sa mémoire. Quand un carton plein de souvenirs ressurgit, l'armure d'Emma se fissure. Toutes ses émotions passées reviennent l'assaillir. Pour oublier, elle devient accro à l'adrénaline. Soirées, alcool, garçons : rien ne semble pouvoir combler ce vide qui la consume. Jusqu'à une rencontre décisive, qui bouleversera toutes ses certitudes...
Risque de spoilers sur les tomes précédents !!!

Mon avis :

Si vous lisez assidûment mon blog, vous connaissez sans doute mon amour pour cette série. J'ai découvert le premier tome au mois de février et j'ai été happée par l'histoire. Je me réservais le troisième tome pour mes vacances en Corse en sachant que j'aurai du temps pour le lire et l'apprécier à sa juste valeur.
Sans surprise, j'ai adoré me replonger dans le quotidien d'Emma même si sa petite vie a bien changé ! En effet, deux ans se sont écoulés depuis la fin du deuxième tome : Emma étudie la médecine à l'université, elle vit en colocation avec trois autres filles et habite maintenant en Californie, loin de Weslyn. Elle a décidé de tout oublier, de tourner la page de ses années lycée pour en commencer une autre, blanche. Sa vie d'étudiante est bien rodée. Emma est différente, elle a grandi, (elle a mûri même !) et pourtant c'est bel et bien le même personnage. Tantôt intrépide et tenace, elle se révèle une nouvelle fois fragile quand les souvenirs ou personnes du passé refont surface.
Les personnages de cette trilogie sont admirablement dépeints : Emma est une héroïne très réaliste. Son comportement, bien que parfois surprenant, est toujours cohérent avec ce qu'elle ressent et ce qu'elle vit. En lisant, j'ai vraiment l'impression de côtoyer une amie ou tout du moins, une personne qui existe vraiment avec des qualités, des défauts, des forces et des faiblesses. Les autres protagonistes, qu'ils soient nouveau ou non, sont à la hauteur de ceux décrits dans les tomes précédents.
Une nouvelle fois, ce livre est un concentré d'émotions. J'ai eu peur, j'ai été triste, heureuse, désemparée... Rebecca Donovan joue de ses lecteurs à travers ses personnages et ça fonctionne à merveille !
A l'instar des personnages, l'intrigue a considérablement évolué : soleil californien, fêtes d'étudiants qui dérapent, la vie en colocation... Pourtant, le passé n'est jamais loin et tout cet équilibre fragile pourrait basculer si facilement...
J'ai donc dévoré ce roman du début à la fin comme je l'avais fait avec les premier et deuxième tomes, j'ai été transportée par cette histoire et cette plume si fluide qu'on ne voit pas le temps passer. La fin, bien que légèrement prévisible, ne manque pas d'éclat et m'a subjuguée.

Seul un petit détail m'a fait tiquer : le changement de point de vue. En effet, on a parfois droit au point de vue d'Evan dans ce livre ce qui est d'abord déconcertant puis de plus en plus appréciable. Néanmoins, les changements de points de vue ne sont indiqués ni par le saut d'une ligne, ni par un changement de chapitre. J'ai donc souvent été perturbée par la transition entre les pensées d'Emma et d'Evan (parfois en plein milieu d'un dialogue) et perdue dans le récit, ne sachant pas à travers les yeux de quel personnage l'histoire se déroulait...
Ma raison de respirer n'est pas un livre avec des péripéties en cascade ou des aventures épiques, pourtant, la force de ses personnages et leurs relations depuis le premier volume ont construit en nous, lecteur, comme un fil qui nous relie à l'histoire et qu'il est impossible de couper. J'ai vraiment eu l'impression de vivre aux côtés d'Emma le temps de la lecture de ces trois romans, tout semblait si réel, si facilement réalisable...
Ce livre offre un final à la hauteur de toute la trilogie (même si mon tome préféré reste le premier), un véritable concentré de vie sur fond de romance. Je suis triste de refermer cette série mais je sais que je pourrai la relire les yeux fermés et revivre cette lecture éprouvante et envoûtante à la fois.


J'ai adoré !

Le book trailer :